ENSCI - Les Ateliers

Logiques molles, voire floues ...

Du 01/09/2006 au 28/02/2007

Penser, concevoir et représenter en dehors des logiques cartésiennes / Innover par la méthode.

Ce sujet trouve son ancrage dans le constat suivant : les outils de représentation traditionnels montrent leurs limites quand il s’agit de concevoir des choses molles. Nous entendrons par chose molle, toute chose qui échappe à un dessin basé sur des repères orthonormés.

Les outils de représentation et de conception qui nous intéressent, par exemple le plan technique et la CAO, se basent sur un point ou une surface d’origine, sur une référence définitive.

Le sujet propose une remise en question des outils, par un travail d’exercice d’assouplissement méthodologique évitant toute mécanique conceptuelle répétitive.

Que ce soit au stade de la conception, du maquettage ou de la représentation, le projet évitera les logiques cartésiennes, tentera de réduire l'écart entre l’idée (le rêve) et le résultat physique de l’objet (la réalité).

Sujet

Concevoir trois d’objets (état de surface, petit objet usuel, paroi séparative) libérés des modes de conception et de représentation habituels.

Il est demandé de développer un mode de représentation propre à ces réponses et de mettre en place une méthode (du latin "methodus" : suivant le chemin) de recherche innovante.

Dans une posture approchant la recherche dite "fondamentale", la méthode mise en place fera

partie intégrante du travail de conception attendu, au même titre que les réponses "plastiques".

Déroulement :

- Dans un premier temps, les étudiants feront une analyse exhaustive sous la forme de dossiers consultables (disponibles à la Documentation en fin de sujet) et de comptes-rendus sur les typologies d’objets dont la conception est non conventionnelle ainsi que sur les matières molles et leur spécificité. Il sera particulièrement questionné la limite entre mou et dur, les matières hybrides notamment.

Pour mémoire :

les vrais mous : mousse / élastomère / gel / peaux…

les faux mous : les matières dures rendues flexibles (exemple : un ressort métallique)

les comportements mous : textiles / gonflables/ élastiques/ sac de billes / tas de sables

les flous : bulles / brumes / lumières/ matière vivante

- Dans un deuxième temps, l’étudiant développera une posture propre à travailler ces matières molles : méthodologie, mode de représentation, mode de mise en forme.

Pour exemple : concernant l'utilisation de textiles, la mise en forme directement sur le corps et sa traduction à l'aide de patrons.

Il sera conçu trois projets à des échelles distinctes. Un des trois sera finalisé :

- à l'échelle de la matière : un état de surface, un état de matière,

- à l'échelle de l'objet : un petit objet utilisable au quotidien

- à l'échelle de l'espace : une paroi, élément de séparation autonome.

Objectifs :

S'éloigner des logiques traditionnelles de la normalisation cartésienne, s'aventurer sur des nouveaux terrains méthodologiques, plastiques et représentatifs...