ENSCI - Les Ateliers

Atelier Design numérique (ADN)

Directeur de projet : David Bihanic
Designers assistant : Jean Monet
Assistante administrative et pédagogique : Anne-Sabine Henriau

Positionnement

L'ADN (Atelier de Design Numérique) mène une réflexion sur les enjeux du design orienté «  interaction 1 ». Convoquant, pour ce faire, les diverses spécialités du design (trouvant parfois même à les mêler), l'ADN entend favoriser une démarche de conception transversale passant (presque indifféremment) de l'objet à l'interface2. De l'écriture d'une forme au schéma d'actions et d'interactions qui l'animent, notre démarche relève avant tout d'une « investigation » (nécessairement pratique et théorique) nous ramenant chaque fois aux abords (ainsi qu'aux limites) d'éléments tangibles et intangibles pour une exploration des multiples facettes de l'expérience (UX 3).

Fort d'une telle quête de sens (et également de sensations), l'ADN conduit des projets de conception de produits et services d'un genre nouveau. Répondant alors à des visées prospectives, nous inventons 4 des « artefacts » dès lors intelligents, communicants, connectés (agissant et interagissant entre eux) qu'il revient à l'utilisateur de pratiquer pour en découvrir l'étendue de leurs possibilités d'usage (en faveur d'une appropriation et d'une adoption d'usage). Préfigurant ainsi un nouvel horizon d'intimité de l'homme face5  au monde (ouvert à un nouvel à-venir), nous nous efforçons, par l'engagement d'un travail d'atelier quotidien, d'imaginer d'autres espaces, d'autres environnements et cadres de vie nous offrant d'entretenir (de vivre autant que d'expérimenter) une relation6 à l'ensemble des «  choses7 » qui aujourd'hui8 nous entourent.

Pédagogie

Chacune de nos investigations suit un même protocole de recherche-création obligeant à sonder, d'un côté, les profondeurs (ou abîmes) d'une problématique, d'un sujet ou d'une thématique de recherche et de création, d'un autre côté, d'en embrasser ses surfaces, ses champs et étendues. De là, il ressort plusieurs niveaux de "réponse" composant les "étages" suivants :

Protocole dirigé/centré « Interaction »

* Couche basse (« LowLevel, SubLevel, System-Level »)

Représentation « Système » : modélisation de systèmes (matériels ou logiciels) et/ou définition de modèles/systèmes de représentation d'informations

* Couche intermédiaire (« MidLevel, Mix-level, Eco-Level »)

Organisation « Structure » : aménagement de systèmes (matériels ou logiciels) et/ou réalisation de complexes d'informations

* Couche haute (« UpLevel, User-Level, Sensitive-Level »)

Interaction « Interface » : réalisation/composition d'interfaces (IHM/S/E) et/ou création de modalités d'interaction

Notre protocole peut (le cas échéant) se spécifier comme suit :

* Couche basse (« LowLevel, SubLevel, Physical-Level »)

Aspectuation « Surface » : création de matériaux (matériels ou logiciels) et/ou composition de traitement de surface

* Couche intermédiaire (« MidLevel, Mix-level, Eco-Level »)

Organisation « Espace » : aménagement d'espaces (privé/public) et/ou construction d'environnements, de lieux architecturaux

* Couche haute (« UpLevel, User-Level, Sensitive-Level »)

Interaction « Corps » : réalisation/composition d'interfaces (IHE/H) et/ou création de modalités d'interaction « tactilo-kinesthésique9 », haptique ou bien encore (infra)sensorielle, corporelle, gestuelle, diffuse, etc.


[1] Succédant (en un sens) au modèle de conception orienté/centré « utilisateur » [à noter que le Design Orienté « Interaction » (DOI) ne renvoie pas à proprement parlé le design d’interaction].
[2] Eu égard ici aux diverses modalités opératoires d’ordre à la fois matériel et/ou logiciel.
[3] Abréviation anglaise pour « User eXperience », trad. « expérience utilisateur ».
[4] Provoquant une rencontre des métiers de l’ingénierie et du design.
[5] Particularisant l’être-face au regard de l’être-au-monde.
[6] Relation impliquant le sujet même de notre expérience.
[7] Composant les étant-là du monde.
[8] Eu égard à une réduction (ou peut-être déjà d’une annulation) technologique des distances métriques renvoyant à l'omniprésence des réseaux avec et sans-fil, des « agents intelligents », des réseaux auto-organisés (réseaux ad-hoc).
[9] Se rapportant au sens et sensations du toucher, du mouvement ou bien encore de la posture corporelle.