ENSCI - Les Ateliers

Séminaire 1 : Penser

  • Evolution du statut du designer
  • De l’artisanat à la révolution industrielle
  • Les nouvelles pratiques de projet
  • Les modèles économiques du numérique et les nouvelles formes d’organisation
  • Les nouvelles chaînes de production
  • Culture code
  • Voix croisées
  • Projet d’application

Séminaire 2 : Faire

  • Écriture musique
  • Dessin technique
  • Programmation
  • Méthodologie procédurale
  • Nouvelle approche économique
  • Méthodes d’expérimentation entrepreneuriale
  • Projet d’application

Séminaire 3 : Diffuser

  • Transformation numérique
  • Design d’information
  • Voix croisées
  • Grasshoper
  • Projet d’application

Etape : Projet (4 mois mars à juin)

Equipe pédagogique

François Brument

Designer et enseignant, il mène une recherche sur les potentiels du numérique dans le champ du design. Et plus spécifiquement sur les enjeux de la programmation informatique et de la fabrication numérique.

Il est diplômé de l’ENSCI / Les Ateliers en 2004 avec son projet et mémoire, « In-Formation, paradigme digital » où il pose les fondations de sa démarche singulière. Il articule depuis une pratique de recherche continue et des collaborations avec les entreprises, au sein du studio In-Flexions qu’il fonde en 2006.
Il co-fonde en 2015 « Les Arts Codés » lieu de convergence entre les savoir-faire numériques et les métiers d’art.

Son travail est exposé en France et à l’étranger depuis 2005 et figure dans les collections du Fonds National d’Art Contemporain, du Centre Pompidou, du SF Moma, du Cooper-Hewitt design museum, du musée des Arts Décoratifs, du Centre Canadien d’Architecture, du Yingge Ceramics museum et du VIA.

Il enseigne à l’ESAD Saint-Etienne, depuis 2008, où il est co-responsable du pôle numérique et du laboratoire de recherche « Random (lab).
Et  depuis 2010, il enseigne à l’ENSCI-Les Ateliers, où il a notamment été directeur des ateliers de projet « FabLab » et « FabFlex ».

Louis-David Benyayer

Louis-David Benyayer est chercheur en stratégie (ICD Business School, ESCP Europe). Diplômé de l’ESCP Europe et docteur en Sciences de gestion (Paris Dauphine) il a exercé pendant 15 ans une activité de conseil auprès d’entreprises multinationales et de PME. Il a participé à deux start-ups et mené un redressement d’entreprise en faillite.

Il a cofondé Without Model, do tank sur l’innovation de modèle économique et a coordonné l’ouvrage Open Models, les business models de l’économie ouverte.

Co-auteur avec Simon Chignard de Datanomics, les nouveaux business models des données, Louis-David est membre du conseil d’experts de la mission Etalab.

Ses thèmes de recherche et d’action portent sur les modèles économiques induits ou bouleversés par le numérique (e-commerce, économie collaborative, plateformes, modèles ouverts et économie de la donnée).

 

Armand Béhar

Artiste et enseignant, il est diplômé de l'Ecole des Beaux Arts (Diplôme Nationale Supérieur d'Expression Plastique Option Art).Depuis 2000, Armand Behar est enseignant à l'ENSCI-Les Ateliers et directeur des enseignements du mastère spécialisé Création et Technologie Contemporaine. 

Il est responsable de la plateforme de recherche et d'expérimentations phénOrama de l'ENSCI, soutenu par le labex cap. PhénOrama a pour objectif d’éclairer sur les rapports sans cesse renouvelés entre l’art et l’industrie. C'est un espace critique qui interroge les formes produites par la société industrielle contemporaine en prenant appui sur l’art, la création et les sciences humaines; Il a pour objectif de questionner les rapports complexes et fructueux que la création artistique entretient avec l’industrie. 

Par ailleurs, depuis 2010 il enseigne les arts et les techniques de représentations à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture dans le cadre de l'atelier prospective - ville bionumérique. Quel visage donneront les technologies du vivant et du numérique à la ville de demain ? dirigé par Jean Magerand.

En parallèle de son activité de professeur, Armand Behar mène une activité artistique.
Depuis le début des années 2000, il se consacre à la réalisation d'une seule et même oeuvre : Histoire d'une représentation. Chaque pièce réalisée (installations, vidéos, photographies, livres,...) fonctionne comme un indice, et au fur et à mesure des expositions, le spectateur découvre un monde imaginaire. Ce travail protéiforme interroge les conditions mêmes de l'apparition de l'oeuvre dans le temps et dans l'espace de l'exposition et pose ainsi la question de la construction d'un récit potentiellement infini.