ENSCI - Les Ateliers

 1. DESIGN, ORGANISATION ET SOCIÉTÉ

Ce programme de recherche reflète les enjeux contemporains consécutifs à l’élargissement du champ d’intervention du design. Traditionnellement cantonné au monde des objets, des systèmes ou du service, le design s’invite aujourd’hui dans l’innovation sociale, les politiques publiques, l’humanitaire, l’espace urbain, brouillant ainsi les lignes historiques de la discipline.

De quelles façons ces nouveaux territoires du design renouvèlent-ils les questions, imaginaires et outils du design ? A partir de quels moments le croisement du design avec d’autres disciplines et terrains d’études est-il fertile et, a contrario, quand s’expose-t-il à une dilution de ses objets et de ses modes d’expression ?

Deux terrains d’études sont ici privilégiés : l’action publique et les modes d’interaction entre design et sciences.

Le premier se concentre sur les modalités de déploiement et leviers d’actions du design dans les organisations (administrations; établissements de formation, collectifs..). La dématérialisation croissante des procédures ainsi que la redéfinition de la relation usagers/agents publics concomitante à l’émergence de l’administration numérique ouvre un terrain de recherche fécond. Elle permet d’évaluer et de qualifier en quoi les méthodes de travail des designers axées sur les approches collaboratives, la pluridisciplinarité, l’humain et l’intérêt porté aux usages peuvent être mobilisés dans le cadre de politique de conduite du changement.

Le deuxième terrain d’étude se concentre sur les modes d’interactions entre design et sciences. Y sont questionnés à la fois les régimes de production des connaissances propres à l’univers des scientifiques et des designers, le renouvellement de leurs méthodes de travail ainsi que les dynamiques instituant le design comme agent épistémologique pour une médiation accrue des objets et connaissances scientifiques vers la société.

Mots-clés :

Interactions design/science ; dynamiques inter-épistémiques ; enjeux de médiation ; Design pour l’action publique ; Innovation sociale et ascendante.

2. SYSTÈMES COMPLEXES ET VISUALISATION DES DONNÉES

Le phénomène « big data » renouvelle les questions de visualisation des données en les confrontant à des contraintes de complexité à la fois algorithmiques (pour leur traitement et le calcul des rendus visuels) et cognitifs pour l’interprétation de ces données.

Ce programme de recherche concerne les usages de la réalité augmentée ainsi que le domaine de la visualisation interactive des données, de l'information et des connaissances. Il se projette dans la conception et la modélisation de nouveaux dispositifs, en leur donnant des formes sensibles, expressives et appropriables avec une approche résolument centrée utilisateur. Il explore également les imaginaires véhiculés par le design d’interface, en particulier depuis l’explosion des objets connectés.

La réflexion autour du design comme outil d’aide à la décision et à la connaissance pour des services et usages à haute valeur ajoutée (modélisation urbaine numérique ; design des données géopolitiques ..) est également présente. Elle oriente ainsi la question de la représentation des données comme forme d’engagement citoyen et appelle des démarches de recherche pluridisciplinaire, liant le design avec les sciences pour l’ingénieur, les sciences humaines et sociales et les champs de la création artistique.

Mots-clés :

Réalité augmentée ; médias situés ; outils d’aide à la connaissance et à la décision; design interactif ; humanités numériques ; outils de cartographie numérique; critical design…

3. LA FABRIQUE À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE : TECHNIQUES, ÉTHIQUE, ESTHÉTIQUES

Ce programme de recherche se penche sur la transformation de l’univers esthétique et des valeurs éthiques de nos sociétés dans le contexte de la révolution biologique, des nouveaux procédés de fabrication (imprimante 3D ; découpe lazer ; fraiseuse numérique..) ainsi que des matériaux émergents (composites, nanomatériaux..).

Il analyse en particulier comment le processus du design est réévalué lorsqu’il est confronté au vivant ainsi que les nouvelles pratiques de conception et de fabrication qu’ils génèrent : des modèles d’ingénierie biomimétique jusqu’aux techniques du bio-hacking.

Par ailleurs, dans une perspective de design prospectif, il interroge en quoi la fusion des technologies du vivant, de la biologie synthétique, de l’imprimante 3D et de la robotique préfigurent des bouleversements majeurs dans de nombreux domaines (aéronautique, architecture, médecine..). Dans ce contexte, l’analyse des transformations à l’œuvre dans le domaine du cadre bâti occupera une place de choix : de quelles manières la convergence entre le biologique et le numérique reconfigure les modalités de conception et de fabrication des espaces urbains ? Comment se renouvelle la matérialité de nos villes contemporaines ? Quelle sera la nouvelle condition urbaine de demain et de quelles manières impactera-t-elle notre relation sensible et cognitive ? 

Mots-clés :

Fablabs ; impression 3D ; innovation ouverte; open-design ; open-hardware ; nouvelle économie de la production ; nouvelle chaîne de valeur ; design critique ; design de fiction.