ENSCI - Les Ateliers

"je pense donc…"

Du 12/02/2011 au 30/06/2011
  • Partenaire : CEA Grenoble - LETI-DSIS (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives)

Concevoir les usages de l'activité cérébrale volontaire dans la vie quotidienne

Les élèves ont imaginé des interfaces directes entre l'activité cérébrale volontaire et les objets (« BCI », brain computer interfaces).
Un système BCI est une interface de communication « directe » entre le cerveau et un dispositif externe (ordinateur, outil électronique... à vous de les imaginer) qui utilise le signal émis par l'activité cérébrale en s'affranchissant de la chaine de réaction conventionnelle des interfaces homme/machine, à savoir la chaîne « cerveau-nerfs, muscles ».
L'objectif du projet était de donner une forme identitaire aux systèmes BCI en imaginant un système d'objets comprenant :
La partie « recueil de l'activité cérébrale » à porter sur la tête L'objet à contrôler Les interactions avec cet objet Les modalités de feedback vers l'utilisateur.
En collaboration avec le laboratoire LE2S du CEA, il s'agissait de travailler sur un nouveau monde d'objets et d'usages. Entre science-fiction et réalité d'une technologie naissante qui donne des résultats certes spectaculaires mais encore timides (par rapport à ce qu'un designer peut imaginer), l'atelier des possibles propose de prendre position et d'apporter une réponse sensible, tant au niveau de l'objet à porter sur soi que de l'objet piloté.

Déroulement du projet

Dans un premier temps les élèves ont rencontré les laboratoires du CEA impliqués dans le projet (acquisition du signal, traitement de l'information, interfaçage), expérimenté des dispositifs existants, fait un état des lieux technologique, visité des laboratoires (ESRF Synchrotron, Arc Nucléart), salles blanches et visité le showroom.
Ils ont participé au workshop « Interface » dans le cadre d'un projet ANR : comment rendre socialement acceptable un dispositif type clavier virtuel BCI (utilisé par des patients ayant perdu l'usage des fonctions motrices à la suite d'un accident ou d'une maladie)? Il s'agissait, au cours de ces 4 jours d'apporter des pistes d'objets réalisables à court terme ; de prendre conscience de la dimension corporelle du projet et de pouvoir participer au développement de prototypes.
Puis s'en est suivi une mise en perspective collective du projet et réflexion sur les usages-groupe entier et sous-groupes thématiques (l'habitat, la mobilité, le sport, le bien être, les situations de travail...) écriture de scénarii, réalisation de maquettes, présentations vidéos.

Parallèlement au projet « BCI » , les élèves ont suivi différents ateliers expérimentaux, dont « La bouteille de soleil » avec Nicolas Vanier (et le Directeur du CEA/DRT, Jean Therme), au cours duquel il ont pu aller dans le « Camp Vanier » (camping, cani randoéquitation), l'atelier « Luminophores » avec Daniel Kula, Noémie Lesartre (ENSCI Paris) et le laboratoire de Gilles Le Blevennec (CEA), puis un atelier expérimental avec Adrien Mondot sur le logiciel E-Motion, qui sera repris pour le salon Expérimenta d'octobre 2011.
Ils ont également rencontré les artistes « Ecorces du vent » (Pascal et Aurélie Bal- tazar), et Adrien Mondot, et participé à un projet de préfiguration de l'Open Innovation Centre du CEA (imaginer des scenarii) ; et suivi des cours de « Business Model » avec Valérie Chanal (professeur de l'IEP) pour avoir entre autres une vision des « automatismes » de notre mode de consommation.