ENSCI - Les Ateliers

Guidage sensoriel / Textures sémantiques

Du 02/10/2018 au 21/12/2018

Guidage sensoriel 

Projet en partenariat avec GéoVélo

Géovélo est un des premiers calculateurs d’itinéraires spécialement dédié aux parcours à vélo en milieu urbain ou lors d’une randonnée, utilitaire ou touristique. D’abord essentiellement plateforme web, Géovélo est devenu compagnon de voyage que l’on retrouve sur son téléphone et dans sa poche.
Or le smartphone est considéré par de nombreux utilisateurs comme un objet fragile qui n’a pas forcément sa place sur un guidon. C’est pour cela que de nombreux cyclistes regardent leurs téléphones au feu puis le remettent dans leur poche. De plus, l’information de guidage ou de compteur vélo n’est pas très visible pour l’utilisateur sur un smartphone.
GéoVélo nous interroge donc sur le ou les objets ou services à associer à un smartphone pour permettre au cycliste d’avoir accès à des fonctionnalités : le guidage, principale fonction attendue, mais également la sécurité, la performance, les informations contextuelles…
Votre travail consistera à sélectionner les informations pertinentes, à expérimenter les différentes manières de transmettre des informations au cycliste (sons, vibrations, lumière…) et à proposer des dispositifs et les scenarii d’usage associés. Nous travaillerons également à définir quels écosystèmes ces nouveaux objets permettent de définir. 

Nous vous proposons de travailler par itération, et de concevoir des maquettes fonctionnelles. La communauté de cyclistes de l’école sera évidemment mise à contribution. 
 

Textures sémantiques

Projet commun sur le plateau du 4e en collaboration avec Kenza Drancourt (designer) et Theo Mahut (docteur en design d’interaction) ; 2 semaines au cours du semestre.

 

La texture d'une surface peut être perçue visuellement et tactilement. Cette perception, qui provoque une sensation, peut prendre différentes significations selon le référentiel culturel.

C’est sur cette base que nous vous proposons de travailler en deux étapes successives : 

- la première étape consistera à réagir et à « mettre des mots » face à des textures déjà existantes.

- la seconde consistera à concevoir de manière itérative des textures en fonction de mots-clefs déjà existants (comfort, calmness, pleasure, …)

Cette conception peut être liée à des process (façonné à la main, par une machine ou par un algorithme) à des échelles et des matériaux très divers qui peuvent être ensuite scannés en 3D.

L’échantillon produit devra néanmoins toujours être de même dimension et de même matériau pour être le plus standardisé possible et permettre la comparaison (ils seront fraisés numériquement).

Cette étude fait partie d’une recherche portée par Kenza Drancourt et Théo Mahut, étude qui se déroulera dans des écoles de différents pays (Allemagne, Japon, …) de manière à recueillir le plus de données et d’échantillons possibles afin de raisonner la relation texture/perception/culture.

Les élèves et les équipes des deux ateliers de projets seront mélangés de manière à avoir une synergie sur tout le plateau.