Imaginer la distribution de demain

Du 01/02/2004 au 01/07/2004

L'atelier abordera le projet dans la transversalité et la pluri-disciplinarité : du produit à la marque, du produit à l'espace, du produit à l'éco-design, du produit à la communication. Une approche où le regard sur le produit est en lien direct avec la marque signe du monde professionnel.


Présentation du partenariat avec l'Institut Français du Merchandising
L'Institut Français du Merchandising regroupe des enseignes de distribution, généralistes et multisecteurs (alimentaire, hygiène, entretien, bricolage, textile, loisir, …), et des entreprises industrielles qui fournissent les produits et les marques présentes dans ces circuits de la grande distribution.
L'IFM organise chaque année une grande rencontre avec ses adhérents, la presse et ses multiples partenaires. Ces journées sont l'occasion de conférences, d'ateliers, de débats et de tables rondes. L'IFM a souhaité, pour la prochaine édition en novembre 2004, organiser une exposition et une présentation de projets prospectifs réalisés par une école de création et destinés à la fois à la presse et à ses adhérents, afin d'enrichir et de susciter le débat sur l'avenir et les futurs de la distribution.
Dans le cadre de ce projet, l'IFM proposera à l'ENSCI des intervenants experts pour des conférences thématiques sur différents aspects qui concernent le métier et les problématiques de la distribution (à définir).
L'IFM a souhaité associer à cette réflexion une équipe d'élèves de l'une des meilleures école de commerce et de gestion , l'ESSEC, à qui il sera demandé de réaliser une analyse marketing de la distribution actuelle et d'imaginer des recommandations portant sur l'évolution de cet univers.
L'objectif est de confronter et d'associer les démarches respectives des deux écoles et des équipes pluridisciplinaires seront montées dans cette optique.
L'IFM a associé à ce projet l'un de ses partenaires, l'agence de Design Desgrippes qui suivra avec elle les différentes étapes de travail du projet et assurera un rôle d'expert et d'interlocuteur privilégié pour les élèves de l'ENSCI.
Le projet se fixe pour objectif, à partir d'une surface de distribution type (entre 1000 et 2000 m2), et dans une attitude d'ouverture, d'imaginer la distribution de demain, en termes de concept, de scénario et de matérialisation d'éléments innovants, porteurs et significatifs . Les projets et hypothèses seront élaborés et concrétisés dans l'optique d'une présentation publique sous forme d'exposition. Le projet s'inscrira dans la démarche pédagogique de l'Atelier "Design global et transversalité" en abordant successivement :
- le contexte et la culture large du sujet,
- le positionnement, à travers l'expression d'un parti pris, la définition d'un univers de référence et la cohérence dans le rapport à la marque, …
- la définition d'un concept fédérateur, sa représentation, sa déclinaison et son scénario (pour un espace de vente : implantation, circulation, fonctionnements, communication et information …)
- la matérialisation par le produit (formulation d'une offre cohérente définie dans sa forme, son fonctionnement et ses détails) qui illustre ponctuellement le concept fédérateur et renforce la valeur de service.

OBJECTIFS PEDAGOGIQUE
1 - Aborder un projet de façon globale et transversale
Proposer aux étudiants d’aborder un projet dans cette dynamique leur permettra de les faire évoluer sur plusieurs fronts, dans des univers et des langages pluriels.

2 - Approche « Eco-design »
L’idée de « sauver la terre » n’est plus, à l’aube du XXIe siècle, une pensée marginale et utopiste. Elle est au cœur des débats sociaux, politique et économique.
Si, durant de nombreuses années, le mass média et les citoyens pensaient agir sur le monde industriel pour évoluer vers une approche plus écologique, c’est sous la pression politique que l’industrie se plie peu à peu. De nombreux décrets de lois (nationaux, européens et internationaux) sont à l’étude, certains sont en application, d’autres le seront dans les prochaines années.
L’ECO-DESIGN va devenir un paramètre d’élaboration important dans le process industriel et commercial des produits, des espaces ou des services dans les prochaines décennies.
L’industrie doit donc reconsidérer le produit manufacturé et l’ensemble de ses services en fonction de ses usages mais aussi de son impact sur l’environnement et de son cycle de vie. La conception des nouveaux produits va devoir se faire en fonction de paramètres plus humains, plus proches de la terre et de son équilibre.
Bien que les études Eco-design soient complexes (ACV, HQE, …), il nous appartient d’aborder cette dimension et de développer une sensibilité particulière auprès des étudiants. Ces nouveaux paramètres vont prendre de plus en plus de place dans l’industrie de demain et les étudiants doivent être préparés pour participer à ce nouveau défit.

3 - Partenariat avec des entreprises
Ce travail trouvera sa pleine légitimité que si l’on confronte cette pratique avec une réalité professionnelle comme ce fût le cas pour les projets EDF et Electrolux.
Je propose donc de mettre en pratique cette démarche avec un partenariat d’entreprise.
Cette démarche ne devra pas être systématique mais être le moteur de cet atelier.
Certains semestres pourront être traités sans partenariat. Ces derniers s’exprimeront plus librement et permettront d’expérimenter des univers de marque plus expérimentaux.
4 - Communication écrite et orale & formalisation du projet
La communication orale et écrite devra prendre une place importante dans l’atelier. Une bonne idée ne peut exister si l’on ne l’accompagne pas d’une communication forte et appropriée.
La programmation de plusieurs rendus intermédiaires, avec des personnes extérieures (partenaires, intervenants, …), l’incitation à la lecture sous forme de « thé littéraire », la rédaction de textes de présentation, l’écriture de fiches de lecture, devront être autant d’éléments pour stimuler cet exercice.
L’étude devra être complète et aboutie. La formalisation des projets sera traitée avec exigence et précision. Les étudiants devront s’attacher à l’aspect formel du projet et proposer un dessin en cohérence avec l’esprit du projet développé. Des cahiers de croquis, des dessins de présentation, des images 3 D, des maquettes seront autant d’éléments permettant aux étudiants de se frotter à la forme et à ses difficultés.