ENSCI - Les Ateliers

Matière noire

Par Sybille BERGER -

L’objet à contour flou, est pour moi un prétexte pour lier l’univers souple du textile à celui plus rigide de l’objet. Dans une de fluidité de techniques, de codes, de vocabulaires, j’entrecroise des pratiques différentes et personnelles, à partir de ma formation de design textile, à celle que je suis actuellement, créateur industriel.
Comment utiliser le langage et les techniques associées au textile au service de l’objet? Matière noire est une recherche qui met en interaction des jeux optiques de transparence, de couleur, de composition, d’échelle.
Cette démarche se concrétise en une collection de luminaires protéiformes (suspension, lampe à poser, objet éclairant, diffusant). Dès mes premières expérimentations, je m’intéresse aux effets de moirage et j’utilise le tulle. La superposition et l’accumulation de plusieurs couches de couleurs permet de supprimer la notion d’espace, de ne plus saisir le début ni la fin de l’objet.
Je commence par emballer le tulle autour de différents objets du quotidien à la façon d’un thermoformage : chauffer une surface plane pour la ramollir, puis grâce à la souplesse de la matière, la mettre en forme sur un moule.
J’obtiens une multitude de combinaisons, de compositions créant un répertoire de formes. Ces modèles semi-transparents sont révélés par un environnement obscur. Ils absorbent la lumière, comme les cellules bioluminescentes des organismes des abysses. J’imagine une boîte noire contenant ces compositions, une bulle englobant un micro-univers.
En astrophysique, la matière noire désigne la matière apparemment indétectable de l’univers, invoquée pour rendre compte d’effets inattendus, notamment les galaxies. L’univers n’est pas un objet physique. Tout objet physique se délimite par un bord même si celui-ci n’est pas net, comme dans le cas par exemple du Soleil. Le concept d’univers infini est pour moi ce qu’il y a de plus flou.
Dans la collection Matière Noire, tous les bords des objets sont travaillés avec un ourlet, une façon de ne pas finir les objets.