ENSCI - Les Ateliers

Veloce

Du 03/03/2009 au 30/06/2009

Ce projet comportait différents acteurs : le CEA (Commissariat à l'Énergie Atomique) - et plus particulièrement le LID, qui est un laboratoire de sociologie -,  l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise d'Énergie), et le PREDIT (programme gouvernemental de prospective sur le développement des transports), qui sont les financeurs de l'étude. 

Contexte

Dans un contexte urbain de plus en plus saturé, les infrastructures liées aux transports atteignent leur limite (métro ou bus bondés, bouchon sur les routes, etc.). De plus, la société et un grand nombre d'usagers sont désormais sensibles aux préoccupations écologiques.

Sujet

Il s'agissait de réfléchir à de nouveaux moyens de déplacement dans le milieu urbain. Et plus particulièrement à un vélo.
Cela consistait donc à trouver de nouveaux moyens de transport pouvant répondre à ces nouveaux problèmes d'engorgement, en misant sur l'apport de la technologie et les formes d'intelligences embarquées, tout en intégrant de manière effective la question de l'écologie. En embarquant de l'électronique, des capteurs, des matériaux innovants, on peut imaginer que le vélo devienne plus attractif et que sa pratique s'étende. Le projet réalisé devait intégrer de manière forte les nouvelles technologies en étude au CEA.
Il faut remettre le vélo en phase avec la société si l'on veut l'utiliser comme un mode de déplacement aussi efficace que les autres. A travers l'étude préalable réalisée par le LID, il fallait comprendre dans un premier temps pourquoi une grande partie des citadins avaient des réticences à prendre leur vélo pour se déplacer en ville. S'agissait-il d'un problème de sécurité, de confort, de trop gros efforts à fournir… ?
D'autre part, il s'agissait aussi de définir et pointer les nouvelles attentes de l'usager, auquel devait répondre ce type de déplacement, différentes briques technologiques du CEA ayant été identifiées par le LID dans le cadre de l'étude préalable qui a été menée. Car même si Velib (et consorts) est un énorme succès, cette offre de service public ne suffisait pas à développer la pratique du vélo comme une alternative de poids dans le déplacement urbain, ou ne satisfait pas tout le monde.
La typologie “vélo” pourra également être interrogée. Pourquoi ne pas réfléchir à un tricycle, ou par extension à d'autres typologies du type trottinette, skateboard, etc. ? En effet, sa forme, son usage, ses matériaux, son architecture, sa géométrie, sa symbolique doivent être repensés : en fonctions du nouveau contexte urbain dans lequel il évolue, et des nouvelles pratiques de l'utilisateur.

Moyens

Pour travailler sur ce projet, nous avons bénéficié des nouvelles technologies en étude au CEA. D'une visite au CEA à Grenoble et de différentes rencontres prévues à ce sujet à l'ENSCI.
Une attention toute particulière a été demandée concernant la qualité des éléments de présentation. Que ce soit les maquettes ou les images de synthèse, elles devront être de très bon niveau.

Les projets ont été réalisé par groupe de 2

Présentations

Ce projet a fait l'objet d'une présentation lors du rendu final à l'ENSCI et d'une restitution des travaux au CEA en décembre.