EN DEHORS

C’est le titre du mémoire de diplôme de créateur industriel, sous forme de site internet (2017), d’Hugo Poirier. Entretien avec l’auteur et Mathilde Sauzet Mattei, sa directrice de mémoire.

Hugo, comment s’est passé pour toi le temps du mémoire ?
Quel a été le déclenchement de ce travail ?

Le mémoire a été l’occasion de mener une vaste exploration, de découvrir des terrains qui m’étaient inconnus et surtout de dériver d’un sujet à un autre. Ma recherche a débuté avec les thèmes du voyage et de la fascination pour l’ailleurs. J’ai commencé par explorer de manière très libre cette notion d’attraction pour l’inconnu, en m’intéressant à la fois à des revues scientifiques et historiques, des articles anthropologiques, des images d’archives, des films… J’ai rapidement décidé, plutôt que de me concentrer sur un seul sujet d’étude, de m’autoriser à me perdre et à ricocher d’une question à une autre. Même si mes différentes questions étaient reliées entre elles, le véritable sujet de mon mémoire - les limites - n’est apparu que très tard. Cela s’est construit au fur et à mesure de mon exploration, en compilant des notes, des écrits, des images, et surtout en confrontant des éléments extraits d’environnements et d’époques différentes.

Qu’as-tu mis en place comme méthodologie de recherche, et quelle forme a pris finalement le mémoire ?

Pendant cette exploration, qui a occupé une grande partie du travail, j’ai essayé de cartographier ma recherche en construisant des posters composés de fragments de textes, d’images, de notes… Mathilde m’a beaucoup aidé à mettre en place ce travail, en tissant des liens, parfois seulement formels, entre des fragments qui semblaient très éloignés. La confrontation de ces éléments extraits de sources différentes, par collage, m’a permis de les questionner et de faire émerger du sens.

j’ai essayé de cartographier ma recherche en construisant des posters composés de fragments de textes, d’images, de notes…

L’enjeu a ensuite été de donner une forme à ce travail, à la fois pour rendre compte de mon expérience de recherche et avoir un ensemble cohérent. Je me suis assez vite tourné vers un format non linéaire, qui puisse témoigner de la manière dont j’ai mené ma réflexion. Le choix d’un site internet, me permettant de m’affranchir de la limite physique du livre papier et surtout de ne pas imposer de sens de lecture, m’a alors semblé être judicieux.

Mathilde, vous avez dirigé ce travail. Selon vous, en quoi cette forme de rendu de recherche est-elle intéressante pour un mémoire de diplôme en création industrielle ?  

Le site internet En dehors est une forme performative : il active les problématiques de limites, de contrôle et de clôture des objets en jeu dans le mémoire. Selon la navigation non linéaire conçue par Hugo, le lecteur accède au contenu avec la conscience d'un cheminement parcouru dans les textes et les images. Les passages d'une page à une autre sont éditorialisés, mais pas de manière exclusive : le nombre d'itinéraires est immense. En dehors met en évidence les mécanismes combinatoires et la dimension contingente du rapport à la connaissance.

"La frontière, le planisphère, le parquet de l'empereur ou le chargeur d'ordinateur sont autant d'objets qui exigent aujourd'hui de nouveaux desseins. Pourquoi pas pour les designers ?"

Le mémoire d'Hugo Poirier fait le portrait d’un designer conscient des enjeux politiques, sociaux et esthétiques auxquels la création industrielle doit faire face. Il recentre le design autour de puissance de l'objet en soi : "une entité physique ou immatérielle, extérieure à l'homme, produit ou non par l'homme, qui exerce un impact sur son environnement". La frontière, le planisphère, le parquet de l'empereur ou le chargeur d'ordinateur sont autant d'objets qui exigent aujourd'hui de nouveaux desseins. Pourquoi pas pour les designers ?

Quel intérêt a constitué pour vous ce travail de direction ? Y a-t-il selon vous des spécificités du mémoire à l’ENSCI, et si oui lesquelles ?

Accompagner ce processus de recherche et assister ensuite à la présentation d'un projet de diplôme nourri de cette recherche rend palpable la nécessité d'exercer l'analyse, de cultiver des références abstraites, sensibles pour réaliser des objets opérationnels. Donner de l'importance à la phase mémoire, la considérer comme un moment de créativité et d'innovation, c'est considérer que les designers sont actifs dans la définition et les orientations de leur discipline. J'ai apprécié l'exigence plastique et sensible qu'Hugo Poirier a dédiée à la forme de son mémoire. Il a su hisser le design de l'objet éditorial au rang de la production de savoirs et soumettre la production de savoirs à une qualité d'expérience et d'usage.

---

Hugo Poirier est diplômé en création industrielle depuis décembre 2017. Son mémoire de diplôme est disponible en ligne, à cette adresse.

Mathilde Sauzet Mattei est curatrice et auteure. Elle est diplômée de la Haute Ecole des Arts du Rhin à Strasbourg et du Dutch Art Institute à Arnhem. Elle a développé les éditions des commissaires anonymes et enseigne à l’ESAAA à Annecy en section Design & Espace où elle anime le séminaire “Vikhi Vahavek, pour une écologie des pratiques artistiques”.


Voyage voyage, explorations scientifiques et narratives en milieu aquatique

C’est le titre du mémoire de diplôme de Créateur Industriel de Guillemette de Brabant, en forme “d’exposition de poche”, qui porte sur différentes...

Lire la suite

Ex-Fabrica, nouvelles histoires naturelles

C’est le titre du mémoire de diplôme de créateur industriel de Charlène Guillaume, une exploration autour des mécanismes du vivant et de l’histoire...

Lire la suite

WATCH

C’est le titre du mémoire de diplôme de créateur industriel de Natacha Poutoux, qui propose une expérience de lecture autour de la vitesse. Entretien...

Lire la suite