ENSCI–Les Ateliers

Edito 47 En juin, l'ENSCI s'associe à de nombreux événements. Au VIA, on peut voir des projets d'élèves, dont deux prototypés par des industriels français, dans l'exposition "Dehors, la ville de demain". À travers sa formation en design textile, l'école participe à l'exposition et la table ronde sur les matériaux biotech, organisée par l'Atelier néerlandais. Une jeune diplômée en Création industrielle présente son projet de diplôme au Festival Futur.e.s, tandis que des élèves et autres diplômés participent au Festival Jardins jardin aux Tuileries à Paris. Retour à l'école, avec la soutenance des diplômes de Designer textile, puis l'exposition de tous leurs projets. Enfin, à partir du 28 juin a lieu la soutenance des diplômes de Créateur industriel.
Cerise sur le gâteau : c'est aussi au mois de juin - le 12 - que nous mettrons en ligne notre nouveau site internet.

MISE À JOUR DE NOTRE POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

Chers lecteurs,
Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), entré en vigueur dans l’Union Européenne ce vendredi 25 mai 2018, apporte un nouveau cadre juridique à la protection des données personnelles, en renforçant le droit des personnes.
Par conséquent, si vous souhaitez continuer à recevoir les newsletters de l'ENSCI, vous devez impérativement renouveler votre abonnement à https://www.ensci.com/newsletters/

Votre adresse e-mail sera conservée dans notre base de données pour l'envoi des newsletters. Nous ne communiquons aucune information à des tiers.
Vous disposez, conformément à la réglementation applicable, d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement de vos données, d’un droit d’opposition et de limitation du traitement ainsi qu’un droit à la portabilité de vos données.

DU TEXTILE ET DE LA COULEUR À VOIR Du 13 au 25 juin, À L'ENSCI

Les projets de diplômes de design textile investissent la galerie des ateliers au rez-de-chaussée.

Camille Bastien avec Double entente
Une exploration autour de la charnière souple où la charnière tissée et la charnière maille viennent faire se dresser, se galber des surfaces rigides pour construire ou déconstruire des volumes.

Garance Maurer avec Lieu, Liens
En partant de quatre éléments fondamentaux à l’appropriation d’un lieu, le textile s’articule entre technique et ressenti, entre formel et symbolique. Matière de construction, il dessine les lignes de plusieurs typologies d’objets (tapis, voile, lampe et brosses)...

Robin Arial, avec De la même étoffe
Une gamme de tissus et galons pensés pour habiller l’intérieur comme la personne qui l'habite.

Emmylou Doutres avec Soieries sans manières
Ou comment revisiter la soierie Lyonnaise, depuis ses codes jusqu'à son système de production.

Thérèse Brugerolles avec Un ciel indécis
Souvenirs de Macao, atmosphère un peu grise. Éclats de couleurs, matières et teintures végétales. Une collection de tissus, mis en volume pour la mode.

Axelle Gisserot avec Au fil de l’eau
Sous la forme d'une collection de textiles dédiés à l'hygiène, au bien-être et au confort, ce travail questionne la possibilité de produire des tissus investissant des matériaux présents en excès sur nos littoraux.

Florine Fagniot avec Des rives urbaines
Automne 2035, l’eau recouvre la plupart des routes et ainsi redessine une cartographie des métropoles, nécessitant de nouvelles mobilités.
Le sport est devenu synonyme de transport, le canal une transition silencieuse entre temps libre et travaillé. Le vêtement, lui, un lien flottant.

Marion Carlier avec Sous l'Égide
Protéger la peau, se protéger est l'une des symboliques du textile. La protection peut à la fois être tangible, réelle mais aussi totalement fictive. Accumulation, rigidité, légèreté, fluidité, aspect compact…Les végétaux adoptent de multiples stratégies de protection…

Nadège Lecomte avec vibrado°
Dans les espaces partagés, le bruit s’immisce envahissant les mètres carrés peu cloisonnés. Ce bruissement parasite est peu propice à la concentration
S’invitent alors le textile et la couleur.

Camille Romagnini avec Tournesol
L’émotion suscitée par la vision au-delà de la fenêtre d’un ciel, des reflets de la mer, ou des ombres des feuilles d’une forêt tropicale.

Hanako Stubbe, avec Résonances
À travers la valorisation de deux savoir-faire textiles traditionnels, le tissage et la broderie sur filet, le projet "résonances" lie artisanat et industrie pour élaborer un séparateur d'espaces personnalisé jouant sur les rythmes, les matières et les couleurs.

Zoé Pairault avec Radiant
Les courants thermiques apparaissent sur l’étoffe sous forme de traces visuelles et tactiles. Grâce à l'influence des flux de chaleur on peut obtenir des objets dynamiques dont les variations colorées modifient notre environnement et notre manière d’appréhender un lieu de vie.

image du projet "Double entente" de Camille Bastien

Soutenance publique des diplômes du 5 au 7 juin.

Exposition du 13 au 25 juin.
Vernissage le 12 juin à 18h.

À l'ENSCI-Les Ateliers


déjeuner dehors façon ensci au via jusqu'au 29 août

L'ENSCI participe à l'exposition "Dehors la ville de demain", à travers la thématique "Déjeuner dehors" pour laquelle les élèves étaient encadrés par Matt Sindall lors de l'atelier de projet "Eating dans la ville". Parmi les projets présentés, deux ont été protoptypés par des industriels.

Une douzaine de projets, issus de cet atelier de projet à l'ENSCI, sont ainsi présentés au VIA, au milieu de produits déjà industrialisés : maquettes, croquis et prototypes choisis par les fabricants intéressés de les accompagner.

Maison Maison, par Mathilde Nguyen et Julia Lasry (prototype réalisé en partenariat avec Aréa)
"Cette installation est pensée comme un espace-temps, offrant une expérience sensorielle liée à la présence des plantes, que le public viendrait habiter lors du repas.
Maison Maison a été imaginée comme une installation publique, au même titre que les tables de pique-nique ou les bancs dans la rue. L'idée étant que les mairies des différentes agglomérations pourraient se charger de l’entretien de l’espace, afin de garantir une hygiène maximale pour les usagers, préserver le bon état des installations, et remplacer les éléments détériorés."

Endless Pavillon, par Rui Hua et Caroline Raoux (prototype réalisé en partenariat avec Buton Industries)
"Inspirés des amphithéâtres et des pavillons chinois, ce projet propose un espace commun pour créer du lien entre les gens. C'est un dispositif sur lequel on peut se poser, y déjeuner, danser parler.
Deux notions ont émergé ici : la hauteur et l’abri, toutes deux pouvant engendrer des formes d'échanges. À partir de la métaphore de l’arbre sur lequel on grimpe, nous avons dessiné une structure modulaire composée d’arches et de plans circulaires distribués sur trois hauteurs. Elle est à la fois objet et architecture."

Les élèves participants et leur proojet :
Blocus, par Sandra Pizzorno et Laura Riva
Pivo, par Léo Verstiggel
Pause, par Léonore Monvoisin et Leïla Rami
Loop, par Soleine Meinnel et Macha Gerbault
Bendo, par Louise Walckenäer
Pont neuf, par Nicolas Hervé et Michiru Watanabe
Curiosités, par Nina Capron et Suzelle Hamman
The sun never sets, par Sabrina Hui et Jutamas Pooranawatanakul
Manger ensemble, par Alice Samzun et Valentin Devos
Maison Maison, par Mathilde Nguyen et Julia Lasry
Endless Pavillon, par Rui Hua et Caroline Raoux


l'ensci et le textile à l'atelier néerlandais du 19 au 23 juin

Sur le thème des biotech où la rencontre du bio et du digital, de nombreux intervenants néerlandais mais aussi français viendront débattre autour d'une exposition, une Masterclass et une table ronde dédiée.

Comment explorer la technologie dans le domaine de l'écologie, de la mode et du textile aujourd'hui ?
À travers une exposition de professionnels français et néerlandais et une table ronde auxquelles participent une toute jeune designer (1) textile, qui passe son diplôme ce mois-ci à l'ENSCI, et Marion Lévy, responsable du design textile à l'ENSCI, l'école montre encore une fois la diversité de ses approches.

(1) Le projet d'Axelle Gisserot, Au fil de l'eau (que l'on peut voir sur la photo), questionne la possibilité de produire des tissus investissant des matériaux présents en excès sur nos littoraux. Fils en collagène de poisson, chitine de crabe, ou algues; teintures de micro-algues ou d'encre de seiche; rembourrage et aiguilletages de byssus de moule : autant de matières que de propriétés bénéfiques pour la peau.

L'ensci et la design parade : une affaire qui dure

Parmi les 10 finalistes choisis par le jury de la Design Parade, à la Villa Noailles, cette année, deux diplômés en Création Industrielle, (ENSCI), Pablo Bras et Alexandre Willaume.
Le premier présente Réseaux disponibles.
Partant du principe que choisir le degré de technicité d’un système permet de mieux évaluer les besoins que l’on doit combler, il en ressort des objets de dérivation plutôt que de centralisation, de démonstration plutôt que de performance. Combinés en différents circuits effectifs mais frugaux, ces objets resteront spéculatifs aussi longtemps que nos exigences de performances resteront telles qu’elles. Ce sont des réseaux disponibles.
Le second propose un projet d'assises.

villa villa réunit À marseille les résidents de medicis, kujoyama et casa velazquez

À pévoir du 29 septembre au 7 octobre 2018. Cet événement qui propose de voir le travail des résidents des villas de Rome, Kyoto et Madrid, prendra corps autour de la thématique : Les frontières.
Claire Lavabre, diplômée en Création Industrielle (ENSCI), pour la Villa Medicis ,
Laureline Galliot & Mathieu Peyroulet-Ghilini diplômés en Création Industrielle (ENSCI) pour la Villa Kujoyama, représentent la catégorie design de ces résidences pour l'année 2017/2018.

L'ENSCI ET LE CENTRE POMPIDOU lancent UNE FORMATION SUR LA COULEUR

Dans le cadre de l'Ecole Pro initiée par le Centre Pompidou, la Formation Continue de l'ENSCI s'associe pour proposer de nouvelles formations courtes.
Première collaboration : "Expérience couleur", une formation déclinée sur trois modules de deux jours chacun.
Plus d'infos le mois prochain pour la rentrée.


DES ÉLÈVES étaient À "JARDINS JARDIN" AUX TUILERIES DU 31 MAI AU 3 JUIN

Le projet d'Alexis Reymond (ENSCI) et Jonathan Coat (HEAR) s'appelle "Et puits s'écoule". Il a été retenu pour participer au festival annuel.

L'ensemble de l'installation a été réalisé par les deux élèves, dans les murs de l'ENSCI, avec le soutien de la fondation NA ! Fund.
Cette installation vise à sensibiliser les citadins sur les nouvelles formes de cultures hors-sol en ville, à renouer avec le cycle du vivant et des saisons. Notre intérêt pour les machines nous a porté vers ce dispositif interactif à vocation pédagogique. Avec ce prototype, nous expérimentons une culture hydroponique, le temps de l’évènement Jardins Jardin. L'usager en est le moteur. Puiser, acheminer, cultiver, sous les regards des visiteurs, l'eau en mouvement s'élève, dégringole pour irriguer les plantes et permettre leur croissance...


ET DES DIPLÔMÉS étaient À "JARDINS JARDIN" AUX TUILERIES DU 31 MAI AU 3 JUIN

Axelle Gisserot et Marianne Cardon, l'une passe son diplôme en design textile ce mois-ci et l'autre est diplômée en Création Industrielle.

"Nous avions développé ce projet dans le cadre de la biennale de la Nature et du Paysage à Blois, en mars dernier, sur une proposition de l'Atelier de l'ours dont Flores Dallennes, diplômée également de l'ENSCI fait partie" raconte Axelle Gisserot.
Radix-Nimbus est composé de trois éléments : un filet à brouillard associé à un collecteur d’eau de pluie, une réserve d’eau, et des Ollas en céramique.
Conçu dans une approche didactique, ce dispositif donne à voir le chemin de l’eau du ciel à la terre. Le choix de matériaux diaphanes ou poreux et l’utilisation d’une signalétique colorée souligne le passage de l’eau que l’on peut voir circuler au travers de toute l’installation.

soutenance des diplômes de créateur industriel du 28 juin au 6 juillet

De la diversité, des propositions, chaque élève vient soutenir publiquement, durant trois heures, un parcours choisi, un mémoire et un projet qui feront de lui un designer.

Pour les projets, on verra notamment : un service et sytème pour l’habillage de façade par des parois végétalisées ; un produit électronique pour aider au sommeil et favoriser sa qualité ; le sur-mesure dans l’aménagement urbain; les outils de l’interviewer ; réflexion sur les systèmes techniques au travers d’un humidificateur et d’un régulateur thermique ; des produits pour l’hygiène buco-dentaire...

Les élèves qui soutiennent leur diplôme en juin/juillet

Eric Dugast
Lionel Kamakoue
Maxime Louis
Hugo Moissinac
Emeric Martin
Jérémie Strack
Abdoulaye Niang
Antoine Goupille


NATACHA POUTOUX ET SACHA HOURCADE AU FESTIVAL FUTUR.E.S du 21 au 23 juin

Le projet de diplôme de Natacha, aujourd'hui développé avec Sacha Hourcade, également diplômé de l'ENSCI, est présenté à Futur.e.s dans l'espace "Art et Créativité : La forge du futur" à Paris La Villette.

Computer Variations " ​ré-interroge le statut de l’ordinateur en éclatant ses fonctions de base à l’échelle d’un espace de bureau ou d’un lieu de collectivité. On ne travaille plus devant son ordinateur mais avec le numérique, comme on ne travaille plus forcément seul mais en équipe.
L'unité centrale prend la forme d’un rail extrudé en aluminium à dimensions variables qui accueille différents formats et typologies d’écrans : smartphones, liseuse, cadre photo et tablette. ​Passant tantôt de moniteur à tablette autonome, les différents formats ont la possibilité d'interagir les uns avec les autres. Ils glissent également sur toute la longueur du rail et offre un paysage en mouvement sans cesse à composer.​
Le plan de travail est réinvesti en un support d’affichage tactile. Grâce à la combinaison d’un video projecteur et d’un matériau capacitif posé sur la table, il est désormais possible d’interagir avec la surface du bureau et d'en prendre le contrôle à plusieurs mains.
L'enceinte directionnelle , le micro et la caméra sont autonomes et mobiles. Ils permettent par exemple de s'isoler pour passer un appel."

Ils viennent de remporter le prix du jury, "la vitrine d’or" de "Vitrine pour un designer!" avec leur projet "Parterre", une collection d'objets en textile chauffants créé à partir d'un process de broderie industrielle : 6000 euros, 1 semaine de vacances à Milan pour la Design Week, et 1 place pour Tremplin Lille design.


Design & Biologie au service de la conquête spatiale le 18 juin à l'ENSCI

Dernière séance, avant l'été, de Design en séminaire avec cette thématique coordonnée par Guillian Graves.

En faisant dialoguer des experts du spatial avec des designers, architectes et biologistes, l’objectif de cette séance de Design en séminaire est de questionner les apports possibles du design et de la bio-inspiration dans les champs du spatial puis d’imaginer les mutations potentielles des métiers du spatial en prise avec le Vivant.

À l’aube des premiers vols habités en direction de la planète Mars, de nouveaux enjeux émergent dans le cadre de voyages longs comme dans le cas d’une éventuelle colonisation. Dans ces environnements extrêmes, comment gérer les ressources nécessaires à la survie d’une colonie ? Quelles formes d’organisation imaginer pour ces sociétés nouvelles ? Comment produire localement énergie, matériaux, carburant, oxygène, eau, aliments ou encore médicaments ? Comment protéger l’Homme, son habitat et ses équipements de températures extrêmes, de radiations et de tempêtes potentiellement dévastatrices ? Afin de répondre à ces grands défis techniques et technologiques, les différentes formes et organisations du Vivant ont été identifiées comme des champs crédibles et prometteurs dans lequel investiguer.

Inscriptions à communication@ensci.com

illustration "Climbing on Valles Marineris" , par Théodore Lagrange, Romain Coulon, Juliette Colson, Martin Tiessé

48 Rue Saint-Sabin 75011 PARIS / T:0149231212 /WWW.ENSCI.COM