Les chercheurs du Centre de recherche en design


James AUGER

Membre permanent

James Auger est enseignant chercheur à l’ENS (Ecole Nationale Supérieure)
de Paris Saclay. Son travail explore les avenues par lesquelles une recherche en design centrée sur la pratique peut engendrer des futurs mieux anticipés et plus démocratiques.

Après avoir obtenu son Master en Design Products (MA) du Royal College of Art de Londres James a déplacé sa recherche à Dublin en explorant le thème des communications humaines à travers la technologie pour le Media Lab Europe du MIT.

Il a ensuite été invité à Tokyo comme designer pour le Issey Miyake Design Studio avec pour mission de développer de nouveaux concepts de téléphones portables.

Entre 2005 et 2015 James a fait partie du célèbre département de Design Interactions au Royal College of Art où il a enseigné en Master et développé en parallèle sa recherche sur les approches de design critique et spéculatif, thème de sa thèse obtenue en 2012.

En 2015 James a fondé le Reconstrained Design Group au Madeira Interactive Technologies Institute (M-ITI, Portugal) en explorant le potentiel de l’île comme laboratoire vivant: là il a expérimenté des projets mêlant la fiction et la réalité autour du sujet de l’énergie à des échelles multi-fonctionnelles. Ces projets ont reçu le prix international Cultural Innovation International Prize du Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) en 2017.

En plus de sa recherche académique, James est co-fondateur et associé du cabinet de design spéculatif Auger-Loizeau depuis 2000. Les projets du cabinet Auger-Loizeau ont été publiés et exposés dans le monde entier, notamment au MoMA, New York; à la gallerie 21_21, Tokyo; au Science Museum, London; au National Museum of China, Beijing et à Ars Electronica, Linz. Leur travail fait partie de la collection permanente du MoMA. 

site: www.auger-loizeau.com

blog: http://crapfutures.tumblr.com

twitter: @crapfutures


Armand BEHAR

Membre permanent

Né en 1963 Armand Behar est artiste-enseignant et créateur d’espaces dédiés à la création contemporaine. Il cofonde, dans les années quatre-vingt-dix, art3000-Le Cube où il crée le premier fablab de France. Dans les années deux mille, il crée à l’ENSCI – Les ateliers le post-diplôme CTC - Création et Technologie contemporaine.
En 2012, il ouvre la plateforme de recherche et d’expérimentations en art et industrie contemporaine PhénOrama et y développe à l’ENSCI 4 programmes de recherche soutenus par le Labex-Cap :
— L’œuvre d’art à l’ère des industries créatives,
— Uchronies des objets techniques,
— Villes informées-forme de ville
— Indian Gesthotèque.
En 2010, il intègre l’atelier de J. Magerand – Ecole nationale supérieure d’Architecture de Paris-La Villette (ENSAPV) comme enseignant des arts et des techniques de représentation. Depuis 2016, il est responsable de programmes de recherche à l’ENSCI, anime le programme : Écritures de création, pratiques de recherche et coordonne Design en séminaire, un espace d’échange et de réflexions sur les enjeux de la recherche par le design. Il travaille actuellement avec le designer Guillian Grave à la création d’un Master of sciences, dédié au bio- mimétisme. 

Par ailleurs, depuis les années 2000, il se consacre à la création d’une œuvre évolutive, Histoire d’une représentation, exposée dans des centres d’art, galeries, biennales. Chacune des pièces qu'il égrène au fil des expositions se constitue, suivant cette perspective, comme un indice par anticipation de cette fresque imaginaire. Ainsi, au travers les différents formats qu'il traverse, ce récit prospectif interroge les conditions d'apparition de l'œuvre. Ces recherches l’amènent à travailler aujourd’hui avec le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative dans le cadre d’un programme dirigé par Jean Baptiste Buob et consacré à l’ethno-fiction. Ce travail porte sur l’adaptation des outils méthodologiques de l’anthropologie à des terrains fictifs et plus généralement sur une nouvelle forme d’anthropologie matérielle, proche du design fiction. 


Claire Brunet

Membre permanent

page2image9279872

Claire Brunet est agrégée de philosophie, docteure de l’Université Paris X – Nanterre (1995 - félicitations du jury) et ancienne élève normalienne (Ulm/sèvres). Maîtresse de conférences à l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay depuis 2012 (PRAG antérieurement), elle y dirige le département design de 2002 à 2018. 

Auteure de traductions en français des écrits de Michael Fried (Absorption & Theatricality, Manet’s Modernism), de Rosalind Krauss (Passages in Modern Sculpture) et de Oskar Batschman (Nicolas Poussin : Dialectics of Painting), ses travaux passés et présents incluent des collaborations avec les périodiques : Les Cahiers du Musée National d’Art Moderne, La Célibataire, Vacarme, etc.
Après un temps de travail autour de la critique d’art et la théorie moderniste, et des séminaires d’histoire des formes décoratives d’une part, et une longue activité d’édition critique en psychanalyse, elle oriente actuellement ses travaux sur la manière dont les objets modernes et contemporains permettent d’infléchir des segments classiques de la théorie psychanalytique, à partir notamment des remarques de Jacques Lacan sur les « pièces détachées » et, à l’inverse, sur la façon dont les objets modernes et contemporains produisent des effets subjectifs conséquents, à partir d’une lecture clinique de leurs incidences. Il s’agit de concevoir les objets du design contemporain avec les outils, concepts et expériences cliniques de la psychanalyse ; d’en construire une petite bibliothèque en prenant la psychanalyse pour boussole, pour fonder une critique en design et dessiner quelques moments de la relance du moderne, de l’après-guerre aux années 1970, pour autant qu’ils engagent à penser les incidences subjectives de l’objectivité domestique.


Roland Cahen

Membre permanent

page3image1834528

Né à Paris en 1958, Roland Cahen est compositeur électroacoustique, designer sonore et enseignant-chercheur responsable du studio de création et de design sonore de l’ENSCI les Ateliers. Il a étudié dans la classe de Pierre Schaeffer et Guy Reibel au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris de 1977 à 1980. En 1992, il a obtenu le Certificat d’Aptitude (CA) de composition électroacoustique (Diplôme supérieur d’enseignant pour les établissements du Ministère de la Culture : conservatoires et écoles d’art). Il est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre-musical : Tutti Média (1989), Tonmeister Orpheus (1994/2000), etc. Il a également composé des musiques électroacoustiques de concert : Murs et Murmures, Rotations... et des pièces dramatiques électroacoustiques. En 1983, il crée avec Pierre Boeswillwald le Département de Musique Électroacoustique d’Amiens. En 1993, il reprend l’Atelier de Création Sonore de Montbéliard. 

Depuis 2000, il est responsable du studio de création sonore de l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI – les Ateliers) où il coordonne des projets de recherche comme Topophonie (ANR, sENSCI-Les Ateliers, Limisi, Ircam, User Studio). Entre 2001 et 2004, il travaille à l’Ircam en tant que concepteur et développeur des applications pédagogiques MusiqueLab pour le Ministère de l’Education Nationale (2001-2003) et responsable artistique du projet de recherche PHASE avec l’équipe Analyse Synthèse (2003-2004). Il a réalisé des installations sonores pour des musées (musée du Quai Branly, Institut Royal d’Histoire Naturelle de Bruxelles) et d’autres projets avec l’agence X-TU. Il est également coordinateur du projet de recherche et membre du CA d’ART3000 (Le Cube).


Guillian Graves

Membre permanent

Designer industriel et bio-concepteur, diplômé en Création Industrielle, il dirige le Big Bang Project, un studio parisien à la pointe du design, de la science et de la technologie socialement responsables. Travaillant en étroite collaboration avec une communauté interdisciplinaire de chercheurs et d'ingénieurs, BBP est spécialisé dans la conception de produits et services de demain, la recherche et l'enseignement.
Guillian Graves donne également des conférences et anime des ateliers pour des publics industriels et universitaires. il enseigne à l'ENSCI-Les Ateliers, où il dirige le programme de recherche en design et biologie. Il est membre du conseil d'administration de l'espace biohacker La Paillasse et instructeur en design de l'équipe IGEM de l'Institut Pasteur. 
Plus d'informations sur son site : http://www.bigbang-project.com/


Olivier Hirt

Membre permanent

page4image1803392

Né en 1971, Olivier Hirt est responsable de programmes de recherche et co-responsable de la Chaire innovation publique ENA/ENSCI, à l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle, ENSCI les Ateliers. Designer diplômé de l’Ecole Supérieure de Design Industriel (ESDI, Paris), titulaire du DEA « Conception de produits et innovation » (génie industriel) de l’ENSAM Paris. Olivier Hirt a été designer industriel en agence pendant cinq ans. Il a été pendant trois ans ingénieur de recherche chez Renault, attaché à la Direction de la Recherche et à la Direction du Design Industriel, où il a piloté un chantier sur la place du design dans l’organisation de la conception et les processus d’innovation, puis a rejoint le GERPISA (Groupe d’Etudes et de Recherche sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile, Université d’Evry et EHESS, aujourd’hui ENS Paris Saclay) comme responsable de la coordination d’un programme de recherche européen sur la relation entre modèles industriels et modèles socio-économiques (co-dirigé par le GERPISA et le CEPREMAP, Ecole d’Economie de Paris, associant une cinquantaine de chercheurs de onze équipes en sciences sociales, dans quatre pays européens). Il a enseigné à l’Université d’Angers et à l’Université d’Evry, et intervient régulièrement dans des écoles d’ingénieur, et de management. 

À l’ENSCI, il a dirigé pendant sept ans les enseignements de la formation initiale (dont un chantier de refonte, et la mise en place de doubles cursus), a conçu et piloté pendant six ans avec le département formation continue le mastère spécialisé Innovation by design. Responsable de programmes de recherche depuis 2015, il a créé avec l’ENS Paris-Saclay le master 2 Recherche en design, piloté le partenariat de l’ENSCI à une dizaine de projets de recherche (ANR, DGE / PIA et partenariats européens), et développé la Chaire innovation publique ENA ENSCI. 


Anne Lefebvre

Membre permanent

page5image3801312

Née en 1978, Anne Lefebvre est agrégée et docteure en philosophie. Qualifiée par le CNU dans les sections 17 et 18, elle est maitresse de conférences au département design de l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay depuis 2016 ; elle y est responsable depuis 2017, du CDRED-Ens, première constitution d’une structure de recherche en design à l’ENS, et depuis 2018 des formations M2R – Recherche en design et ARPE (année pré-doctorale à l’étranger). Elle a également été élue directrice de programme au Collège International de philosophie (depuis 2013). 

Au préalable, elle a enseigné de 2005 à 2009 en qualité d’ATER à l’Université Lille 3, au sein de l’UFR de philosophie, où elle a été notamment co-responsable de la Mention esthétique destinée à la licence 3. Chercheure en résidence
à la Jan Van Eyck Academie – Fine Art, Design and Theorie de Maastricht (NL) durant l’année civile 2012, elle occupe,
en 2013-2014, un poste de post-doctorante à l’Université de Technologie de Compiègne. Entre 2014 à 2016, elle a été maître assistante associée à plein-temps à l’Ecole nationale supérieure d’Architecture de Saint-Etienne, où elle a assuré la fonction de co-présidente de la commission recherche et pédagogie (205-2016). 

Après avoir soutenu sa thèse de doctorat en décembre 2011 (« De la pensée de l’image à l’image de la pensée. La philosophie de Gilbert Simondon à la lumière du problème de l’invention. ») sous la dir. de Frédéric Worms (ENS-Ulm/Ciepcf) à l’Université Lille 3 - UMR STL (félicitations du jury – unanimité), ses travaux se déploient dans la double direction de la philosophie française contemporaine et des techniques (notamment, et par-delà ses réflexions sur l’image et l’invention, les relations vie et technique) et de l’approfondissement de problématiques de conception/création en design et en architecture octroyant une place centrale aux concepts de contrainte et de situation Plus récemment, sa recherche s’oriente vers la pensée des écologies impliquées par l’acte ou la pratique du design, entre normativités plurielles et transformations actuelles des systèmes de production.


Caroline Bougourd

Membre associé

page2image1833184

Née en 1983, Caroline Bougourd est docteure en Histoire et Théorie du Design à Paris 1 — Panthéon- Sorbonne sous la direction de Pierre-Damien Huyghe, agrégée d’Arts Appliqués (3e rang) et ancienne normalienne après une formation à l’École Boulle (Baccalauréat et BTS), l’École Duperré (CPGE), l’ENS Cachan (département Design), l’EHESS (Master TES) et l’Université Paris 1 — Panthéon-Sorbonne (L3, Master et Doctorat en Design). 

Elle enseigne actuellement à l’École Boulle, en tant que titulaire d’un poste à profil en DSAA mention Espace, Événementiel et Médiation et intervient à l’ENSCI, dans le cadre du mastère spécialisé CTC - Création et Technologie Contemporaine de l’ENSCI – Les ateliers.
Elle est également coscénariste et productrice du récit numérique Une balade au Merlan, qui accompagne la thèse écrite, membre fondatrice du réseau Design en recherche, qui vise à fédérer une communauté de jeunes chercheurs en design et membre fondatrice de l’équipe éditoriale et de la rédaction de la revue numérique Strabic, qui a pour objectif de porter un autre regard sur le design.


Catherine Geel

Membre associé

page3image1834752

Née en 1969, Catherine Geel est spécialiste d’histoire et théorie du design, directrice artistique et éditrice. Titulaire des écoles nationales supérieures d’art, elle enseigne à l’Ensba de Lyon et, depuis 2018, à l’ESAD de Nancy. Depuis 2005, elle est en charge d’un enseignement d’histoire et de théorie du design à l’École normale supérieure de Cachan/Paris-Saclay. Sur le plan pédagogique, elle a encore fondé, et dirigé pendant cinq ans, le Dirty Art Department, Master de design et d’art appliqué au Sandberg Instituut d’Amsterdam (2010-2016). 

Co-fondatrice du Festival Design Parade et commissaire associée à la Villa Noailles, en charge des expositions de design et de leur programmation de 2003 à 2012, elle fut membre de divers comités d’acquisition (Frac Nord-Pas de Calais, Fnac, Craft, etc.) et productrice d’entretiens sur France Culture (Pierre Paulin, Andrea Branzi, etc., entre 2002-2008). Elle a dirigé la rédaction d’Archistorm entre 2008 et 2011, participé comme chroniqueuse régulière à différents médias (France Culture, Le Monde, Süddeutsche Zeitung, etc.) entre 1998 à 2010, et dirigé ou écrit depuis 2008 différents essais aux éditions Galilée, aux Presses du réel, Archisbooks, Cité du design, etc. 

Ayant dirigé plus de 25 projets d’aménagements avec des commandes à des designers (Konstantin Grcic, les frères Bouroullec, Jurgen Bey, Hella Jongerius, etc. entre 2000 et aujourd’hui) et produit des études de projets industriels (Peugeot-Citroën, Évian etc. entre 2005 et 2010), elle a organisé et organise un grand nombre de manifestations culturelles et de recherches comme fondatrice, commissaire générale ou commissaire associée, en France (Villa Noailles, ENSC, Bon Marché, etc.), en Belgique (Grand Hornu Images), en Suisse (Foire de Genève) et en Hollande (NASA, Post Norma – Amsterdam) : festivals, expositions, journées d’études et colloques, études. 

Membre fondateur du studio T&P Work Unit (avec Marie Lejault, et Sophie Breuil), elle est plus récemment nommée commissaire du pavillon français de la triennale de Milan 2019 par le MCC.


Mathias Béjean

Membre associé

page6image1822880

Docteur de Mines Paris-Tech, Mathias Béjean est Maître de conférences à l'IAE Gustave Eiffel de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC), où il est responsable du M1 "Management et Santé." Ses enseignements portent sur l'analyse comptable et financière pour les cadres de santé, ainsi que sur les méthodes de raisonnement et de recherche dans les contextes académiques et professionnels. Ses travaux de recherche, portent sur le management de l'innovation et des activités de conception, notamment dans le secteur de la santé. Il a soutenu sa thèse en 2008 sur "Le management des entreprises à prestations artistiques : activités de conception, régimes de signification et potentiel de croissance", sous la direction d'Armand Hatchuel, Mines ParisTech (Félicitations du jury – unanimité). Finaliste du prix Roland Calori, AIMS 2007 avec Sébastien Gand. Depuis 2016, il est responsable du Mastère Spécialisé – Innovation by design de l’ENSCI-Les Ateliers.


Aurélien Fouillet

Membre associé

Aurélien Fouillet est philosophe de formation, docteur en sociologie et pratique l'ébénisterie et la marqueterie après s'être formé à l'école Boulle et dans l'atelier de Carole Szwarc. Il a fondé la Tête qui manque atelier de recherche et création à la croisée des SHS, du design et des artisanats d'arts contemporains. Il est coordinateur de la Chaire sur l'Altérité (Fondation de la maison des sciences de l'homme), enseigne la philosophie du Design à l'ENSCI, membre associé du Centre de Recherche en Design (ENS Paris Saclay / Ensci les ateliers), membre du comité de rédaction des Cahiers Européens de l'Imaginaire et co-directeur éditorial de la revue Sociétés. Il a publié deux ouvrages : L'Empire ludique. Comment le monde devient (enfin) un jeu ? (éditions François Bourin, 2014) et Détours vers le futur. Des muses et des zombies (éditions Liber, 2019). Ses travaux de recherches portent actuellement sur les cultures du faire, l'anthropologie du geste, l'histoire du design et sur l'exploration d'une ontologie des non-humains appliquant le perspectivisme aux objets. Son prochain ouvrage portera sur la vie des objets.


Guillaume Foissac

Membre associé

page7image3801984

Né en 1979, Guillaume FOISSAC est Designer diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI) en 2005 avec les félicitations du Jury. Récompensé par plusieurs prix en Design lors de sa formation, il rejoint la R&D d’EDF et initie une approche de Recherche autour de l’énergie, basée exclusivement sur la pratique et les méthodes du Design. Parallèlement à son activité au sein de la R&D d’EDF, Guillaume FOISSAC enseigne à l’ENSCI depuis 2010. D’abord associé au Designer Christophe Gaubert, ils initient ensemble un Atelier de projet baptisé « Design Fiction » qui permet aux élèves de se questionner et de formuler des projets éminemment prospectifs qui appréhendent différemment les changements technologiques, sociétaux, culturels qui sont sur le point de survenir. 

Membre de nombreux jurys et directeur de diplôme (ENSCI, ENS, Boulle, Beaux-Arts de Brest, etc.), Guillaume FOISSAC est par ailleurs titulaire de 10 brevets et l’auteur de plusieurs publications et projets exposés lors d’évènements internationaux.


Apolline Le Gall

Membre associé

page5image1833632

Apolline Le Gall est une chercheure dont le parcours et la recherche sont caractérisés par la pluridisciplinarité. Après une double licence Histoire - Sciences politiques à Paris 1, elle obtient un master « Techniques, Sciences et Démocratie » à l’IEP de Grenoble en partenariat avec les écoles d’ingénieur. Ce master lui permet de se spécialiser sur l’innovation et la conception et de produire ses premiers travaux sur le processus de conception mis en œuvre par les designers, les représentations visuelles des produits (croquis, maquettes, 3D, ...) au cours du processus de conception. 

Sa thèse, à la croisée des Sciences de Gestion, de la Sociologie et du Design, intitulée « Les épreuves de valuation dans le design de services innovants : le rôle des représentations visuelles » (Université Grenoble- Alpes + ENSCI), s’intéresse aux représentations visuelles mobilisées dans le processus de conception de services. 

Post-doctorante à l’ENSCI en partenariat avec l’Université de Grenoble-Alpes, Apolline Le Gall a poursuivi ses recherches autour de deux dimensions : la première cherche à comprendre le rôle et les effets du design dans des dispositifs de formation à l’innovation par ou avec le design (Labo des Possibles à Grenoble et Centre Michel Serres
à Paris, par exemple) ; la seconde s’intéresse au design des organisations et cherche à interroger si et comment les designers peuvent se saisir de la question du dessin des formes des organisations elles-mêmes (industries, start-ups, Scops,...) et non plus seulement de leurs offres (produits, services, interfaces...). 

Aujourd’hui elle dirige la société Où sont les dragons en collaboration avec le designer Joachim Savin.


Emmanuelle Becquemin

Membre non permanent

Après avoir suivi des études de lettres moderne et d'histoire de l'art (DEA en histoire de l’art et Maîtrise de Lettres Modernes), Emmanuelle Becquemin s'est orientée vers le design. Diplômée de l'ENSCI-les Ateliers en 2003, elle a revendiqué, dès son diplôme, une pratique transversale du design aux frontières de deux autres disciplines que sont les arts visuels et les arts vivants.

Depuis 15 ans, Emmanuelle Becquemin développe un travail d’artiste plasticienne au sein d’un binôme - La cellule (Becquemin&Sagot) - qui « explore le désir dans notre société post-industrielle, post-humaine, entre globalisation et développement durable, dans cette « glocalisation » qui fabrique de nouveaux objets, de nouvelles tentations et de nouvelles perversions.» (Marie de Brugerolles, extrait du texte « Sed ex satiata », La cellule (Becquemin&Sagot), monographie aux editions Analogues).

Depuis 2013, Emmanuelle Becquemin est enseignante à l'école d'art et de design de St Etienne. Elle s'inscrit dans les réflexions actuelles qui posent le design comme une méta-discipline et met en jeu dans son atelier une expérimentation de l'objet à travers ses zones de flottement.

Elle est actuellement en thèse à l’ENSCI-Les Ateliers