Les doctorantes


marine royer

Thèse soutenue en 2015

De l’instrument à la prothèse : ethnographie de trajectoires d’objets biotechnologies en cancérologie.
Paris, EHESS
HdR : Sophie Pène (ENSCI-Les Ateliers)

La thèse repose sur l'étude ethnographique de scènes de soins au sein d'un Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) en région parisienne. Le cancer, parce qu'il est devenu une maladie chronique, a fortement influencé la façon d'appréhender la relation thérapeutique. Le malade participe en effet activement au traitement et, dans certains cas, maîtrise des techniques complexes qu'il ne doit pas craindre d'appliquer sur son propre corps. Les résultats de la recherche consistent dans l'analyse de la trajectoire des dispositifs médicaux invasifs et apportent une compréhension du travail engagé à l'hôpital pour une meilleure acceptabilité des patients à ces objets techniques, de l'annonce de l'implantation au retour au domicile.
 


Elena Tosi-Brandi

THÈSE SOUTENUE EN 2018

Design de l’expérience sensible - une philosophie des sens pour le design et la création). 
Financement : CD EHESS
HdR : Roberto Cassati (EHESS) / Co-encadrement depuis par François Azambourg (ENSCI-Les Ateliers)

Cette thèse interroge le dialogue théorique et pratique entre les sens et le design. En éclairant les échanges qui s’instaurent entre les sciences contemporaines de la perception et les nouvelles approches sensorielles du design, elle laisse apparaître un paradigme inédit de la création et de la cognition. Elle montre qu’un modèle de design sensible émerge sous l’impulsion de nouveaux modèles cognitivistes de la perception, qui vient transformer les domaines de la création. Dans ce contexte, cette thèse explore la manière dont la sensorialité redevient un sujet de recherche et de création. Entre philosophie, psychologie expérimentale et histoire de l’art et du design, elle interroge le modèle rationaliste du design et montre que l’émergence de ce nouveau paradigme est motivée par l’exigence de s’affranchir du modèle industriel guidé par la relation visuelle et fonctionnelle de la forme et des usages. 


Marion Voillot

En thèse depuis 2018

Le corps au peur de l’apprentissage grâce au numérique, un nouveau paradigme pour l’éducation à la petite enfance 
Financement CD CRI
HdR : Joël Chevrier (CRI - centre de Recherche Interdisciplinaire, Université Paris 5) / Co-encadrement par Guillian Grave (Centre de recherche en design ENSCI-Les Ateliers / ENS Paris-Saclay)

“Le corps au coeur de l’apprentissage grâce au numérique, un nouveau paradigme pour l’éducation à la petite enfance”, se situe à la frontière entre les sciences de l’éducation, l’embodied interaction et le design. Passionnée d’éducation, elle crée des scénarios pédagogiques et numériques pour la petite enfance dans lequel le corps constitue le medium d’interaction avec la technologie. Le Motion Lab du CRI étudie et prototype des dispositifs numériques favorisant l’apprentissage par le mouvement, principalement dans les domaines de l’éducation, de la santé et du sport."


Emmanuelle Becquemin

En thèse depuis 2018

Performer l’objet, une poétique-fiction 
HdR : Christophe Viart (Université Paris 1 – La Sorbonne) / Co-encadrement par Armand Behar (Centre de recherche en design ENSCI-Les Ateliers / ENS Paris-Saclay)

La recherche doctorale vise à problématiser la brèche performative inscrite en creux dans les objets qui nous entourent - et que peuvent faire surgir les artistes, les designers mais aussi chacun d'entre nous, lorsque nous faisons usage du monde. Ainsi, l'objet performé refonde, d’une certaine manière, l'histoire des objets. La situation performative achève la mise en vue d'une trajectoire déviante de l'objet usuel. Celui-ci est délivré des connotations inhérentes à sa fonction, et donc de ses archétypes techniques. Il acquiert un statut autre, à la fois, sensible et extra-ordinaire : dans cette mise en spectacle porté par les créateurs, l'individu est invité à définir sa propre participation à la définition de l'objet. Il s'agira donc de modéliser la façon dont s'opèrent ces mouvements dans la tectonique des champs disciplinaires: l'objet performé convoque une pratique du design - plasticienne et critique ; l'objet performé convoque une pratique artistique de l’ordre du projet, relevant de l'art contextuel et relationnel et scénarisant des expériences à vivre. Il semble que dans les frictions de l'objet performé se joue une nouvelle rencontre amicale, poétique, sensible.


Claire Richards

En thèse depuis 2018

L'écoute du son sans les oreilles notamment pour les personnes sourdes
Financement : ANRT/Actronika
HDR : Nicolas Misdariis (IRCAM - Institut de recherche et coordination acoustique/musique) / Co-encadrement : Roland Cahen (Centre de recherche en design ENSCI-Les Ateliers - ENS Paris Saclay)

"Au lieu de voir nos modalités sensorielles comme distinctes, utilisées seulement pour des tâches discrètes, le sujet de cette thèse doctorale émet l’hypothèse que grâce à la plasticité du cerveau, plutôt que fournir des informations contradictoires, le son et la vibration peuvent être appairés. Cette intégration de la stimulation tactile et de l'écoute ‘interne’ pourrait permettre au plus grand nombre de vivre une expérience complète et augmentée de ces deux sens perceptifs intimement liés. Une technologie fonctionnelle dont la fonction est adaptée à des personnes présentant de différents niveaux de capacités (mentales, sensorielles, motrices…) a le potentiel de transformer les perspectives courantes vis à vis de la santé et du handicap, et de contribuer à une définition plus progressive des limites que l'on attribue à la perception humaine. Ce projet propose le développement d’un dispositif multimodal d’écoute porté sur le corps qui exploite les principes de la plasticité cérébrale et de la substitution sensorielle."